Les Français en faveur d’une alimentation durable


Publié il y a 1 année

Les Français sont de plus en plus attentifs à ce qu’ils mangent. Ils sont nombreux à changer leurs habitudes alimentaires, selon un récent sondage Ipsos pour la Fondation Daniel et Nina Carasso.

 

salade

Légumes bourrés de pesticides, viande dont l’origine est suspecte… Face aux nombreux scandales alimentaires, les Français s’inquiètent de la qualité des produits qu’ils consomment. Résultat, ils se tournent davantage vers une alimentation plus durable, selon un récent sondage Ipsos pour la Fondation Daniel et Nina Carasso. Ils sont de plus en plus nombreux à être attentifs à ce qu’ils mangent.

 

De la qualité avant tout

Ainsi, 71% des sondés déclarent consommer davantage de produits bons pour la santé. Plus de trois Français sur quatre (77%) privilégient de façon régulière l’achat de produits frais, et un sondé sur deux préfère systématiquement ou souvent les produits de qualité, quitte à les payer plus cher, presque autant (49%) achètent ou systématiquement des produits qui portent un label de qualité. 27% privilégient les produits bio. Et cela ne semble qu’être un début. Les produits issus de l’agriculture biologique ont la cote, en témoigne le dernier baromètre Agence Bio/CSA, publié en septembre dernier : 9 Français sur 10 ont indiqué manger du bio au moins occasionnellement, alors qu’ils n’était encore que 54% en 2003.

Pour consommer mieux, les Français n’hésitent pas d’ailleurs à écarter certains aliments de leur régime alimentaire. D’après l’étude, 64% l’ont déjà fait en raison de la présence d’additifs, 63% en raison de la teneur en sucre, en sel ou en matière grasse et 63% en raison de la présence de pesticides.

 

Consommer local

Les Français veulent avant tout « consommer local », en réponse à la crise de confiance dans les produits alimentaires. 75% des personnes interrogées se disent prêtes à consommer autant que possible des aliments produits à proximité de chez eux, et 70% des Français déclarent consommer plus de produits régionaux ou vendus en circuits courts. Ils sont 61% à faire principalement leurs courses dans des magasins dont ils considèrent qu’ils proposent des produits durables (artisans, marchés, AMAP). Les Français sont très attentifs à la saisonnalité des produits. Ils sont 42% à acheter systématiquement ou presque des fruits et légumes de saison.

Autre critère important : les conditions de production. Près d’une personne sondée sur deux déclare consommer de plus en plus de produits respectueux du bien-être animal (47%) et garantissant un juste revenu au producteur (44%). On pense par exemple à la viande ou encore au lait, deux secteurs en pleine crise. D’ailleurs les initiatives se développent comme Okadran, un site de vente directe de viande de l’éleveur au consommateur, ou la marque de lait « C’est qui le patron ?! ». Ici, ce sont les consommateurs qui décident du prix et des conditions de production.

Enfin, le gaspillage alimentaire préoccupe les Français. Sur ce point, ils changent également leurs habitudes. Selon le sondage, 31% des Français déclarent renoncer souvent ou systématiquement aux produits suremballés et 27% achètent des fruits et légumes abîmés.

 

L’obstacle du prix

« Bien qu’une majorité de Français se dise prête à aller plus loin pour améliorer l’impact social et environnemental de son alimentation, notamment en favorisant les produits locaux et la lutte contre le gaspillage, ils s’estiment très mal informés sur la qualité des produits. 62% d’entre eux estiment qu’il est difficile d’identifier les produits issus d’une agriculture durable », note cependant Marie-Stéphane Maradeix, Déléguée générale de la Fondation Daniel et Nina Carasso.

Si l’enquête montre que les consommateurs sont prêts à bousculer leurs habitudes, il reste un obstacle, et pas des moindres : le prix. Pour 83% des personnes interrogées, le prix constitue un frein important.

 

Source Actualités Réponses Conso –