DISNEY WOMEN’S WEEK : PORTRAIT DE FRANÇOIS STAROZ


Publié il y a 3 mois

« Marion, Cloé, Juliette et Cassandre », non ce n’est pas l’affiche de la prochaine tragédie à l’affiche d’un théâtre ! C’est plutôt La comédie de Ma vie.

 

4 grandes filles à la maison, maintenant des femmes. Je dirais qu’à la maison mon épouse comprise c’est tous les jours la journée de la femme !

 

François-Staroz

 

Mes deux aînées sont des jeunes femmes toujours célibataires qui assument leur indépendance, leurs envies et se donnent les moyens d’avancer.

 

Marion plutôt facile à vivre, est une experte dans le maniement de tous les équipements. Avec ou sans mode d’emploi, elle arrive à bout de toutes les interfaces utilisateurs qui rebutent les plus persévérants aventuriers de la technologie… Et fait ainsi reculer tous les clichés qui ont la vie dure sur le fait que les modes d’emploi ne peuvent être lus ou compris par une femme.

 

Ma deuxième, Cloé a très vite été surnommée le Ché… Je n’en dirais pas plus, vous me comprendrez si vous connaissez la réalité du personnage, juste que c’est une globe-trotteuse, toujours prête à prendre son sac à dos. Elle a travaillé en Australie et visité l’Asie en sac à dos.

 

Ma troisième Juliette est la plus posée et facile à vivre, entièrement autonome même si elle est encore à la maison, elle a sa Juju-mobile qui rend bien des services aux uns et aux autres !

 

Ma dernière Cassandre est extrêmement habile de ses mains. C’est une dessinatrice compulsive, il ne fallait pas oublier papier et crayons lors de nos longs trajets vers les vacances. Elle poursuit ses études dans un domaine plutôt technique mais qui sait ?

 

Ce sont bien des filles de notre temps, flexibles, curieuses, cultivées, sensibles, avec peut-être un atout supplémentaire qui est qu’elles connaissent la ville comme la campagne.

 

Étonnamment c’est plutôt à leur initiative que l’on se retrouve parfois autour d’un match de foot…  Bon d’accord on diffère parfois sur les commentaires où elles vont être plus sensibles sur la plastique des joueurs que sur leurs performance… Mais je suis heureux de pouvoir partager ces moments avec elles, même si le sport à la télé ne m’intéresse pas. Mais aussi de voir qu’entre elles, elles partagent des valeurs communes et de la joie de vivre malgré la disparité de leurs caractères.

 

Elles sont extrêmement féminines et je suis fier de les voir ainsi assumer leur féminité et garder leur indépendance d’esprit par rapport aux garçons qu’elles peuvent croiser. Néanmoins je suis conscient et partisan qu’elles coupent le cordon ombilical qui les relie toujours au foyer.

 

L’une a choisi de travailler juste après le bac et recherche la stabilité. Une autre est passée par toutes les étapes depuis la filière Pro après le collège jusqu’à un Master. Je doute qu’elle reste longtemps dans le même emploi si elle n’y est pas à 100% satisfaite, elle n’est pas une femme de compromis !

Les 2 ont fait leurs choix et nous les avons respectées et accompagnées quand il a fallu. Le tout est qu’elles soient heureuses. Une autre est bien partie pour étudier pendant 7 ans ou plus et la dernière se cherche encore et a choisi d’étudier en province.

 

J’aime tout en elles en tant que père et suis tellement admiratif de leur joie de vivre et amusé par leurs frictions.

 

Nous nous retrouvons tous / toutes pratiquement tous les weekend à 6 ou bien plus quand copains /copines, cousins et cousines sont invitées. Je suis souvent spectateur car je ne suis pas toujours très habile à intervenir dans les conversations, que l’on parle de sujets sociétaux ou familiaux; il semble que mes opinions soient trop « décalées » par rapport aux leurs qui sont souvent très tranchées. Je suppose que la prochaine étape pour mon épouse et moi sera d’éventuels petits enfants mais ni elles ni nous ne sommes pressés !